Éric Durousset et Frédéric Moulin

En 1942, alors que tout espoir semble avoir abandonné les hommes, Albert Camus nous invite à nous pencher sur la pierre lourde que Sisyphe doit mener jusqu’au sommet de la montagne. Que signifie cette vie sans l’autorité des dieux, des maîtres à penser, où toute victoire est absurde ? Mais, cette apparente tragédie se transforme aussi en un art de vivre : « L’univers sans maître ne paraît à Sisyphe ni stérile ni futile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux ».

Fréderic Moulin et Eric Durousset conjuguent leurs efforts dans cette lente ascension, sans cesse recommencée. L’un sera Sisyphe, poussant le rocher, l’autre Camus, devisant sur la peine, faisant de chaque pas douloureux vers le sommet une victoire contre l’absurde, un appel au bonheur.